Tu t’es déjà demandé ce que tu demanderais à un génie, si tu en croisais un ? Souvent, la réponse ressemble à un discours de Miss France, et je comprends, moi-même si j’y réfléchis un instant, je demanderais des souhaits utiles pour le bien commun.

Mais si on considère ça d’un point de vue totalement égoïste, pour rigoler un peu (car soyons honnêtes, quelles sont les probabilités que je croise un génie ?), ça peut être sympa comme exercice.

Déjà, ça aide à voir ce qu’on veut vraiment, plus que tout, et pourquoi pas, se donner les moyens d’atteindre ce but ! En plus, ça me permet de faire une pause dans mon travail pour écrire cet article hé hé hé

Mon premier vœu : des journées de 48 h !

Et l’énergie qui va avec ! Car quand je regarde ma longue liste de projets de romans, j’ai presque envie de démarrer une cure de Red Bull et ne plus lâcher mon clavier ! Telle que je me connais, si je pouvais écrire plus sans tomber raide de fatigue et griller mes neurones, je voudrais un autre souhait pour des journées encore plus longue…

Mon deuxième souhait : piquer des romans que j’admire et m’en donner la maternité !

Certaines fois, je termine de lire un livre et je me dis “J’aurais tellement aimé l’écrire !” et dans la foulée, je tombe en dépression post-lecture et me désespère : “De toute façon, ça ne sert à rien, je ne ferai jamais aussi bien, à quoi bon ? Hein ? Je te le demande : à quoi bon ?” Alors oui, je pourrais demander plus de talent, mais je sais aussi que c’est comme pour les journées doubles ou triples : j’en voudrais toujours davantage. Autant devenir l’autrice de ces romans qui me font rêver, comme par magie et hop, ce sera plus simple !

Mon dernier vœu : ne jamais décevoir mon lectorat…

Chaque fois que j’écris un nouveau roman, j’ai peur de décevoir. Si je pouvais avoir la certitude que mes titres plairont, quel que soit le genre et l’histoire, je serais tellement plus zen ! Mais je ne parle pas de plaire à tout le monde, non, juste à ce noyau de lectrices et lecteurs qui me suivent de manière inconditionnelle et que j’ai envie de remercier en étant toujours à la hauteur. Ça n’arrivera pas, car comme je le disais, je n’ai pas encore croisé de génie. Je crois qu’il y a pénurie, et c’est bien dommage.

Au final, je trouve mes vœux assez sobres : je n’ai pas pensé à demander la conquête du monde !

Mais et toi : si tu pouvais demander 3 choses, juste pour toi et pas pour la paix dans le monde, ce serait quoi ? Dis-moi tout en commentaires !

0 Partages